Yvette Théraulaz

MA BARBARA / Nouveau spectacle

nov. 2015  MA BARBARA / Nouveau spectacle

Mise en scène Philippe Morand / Piano Lee Maddeford / Dramaturgie Stefania Pinnelli & Yvette Théraulaz

Une longue conversation avec Barbara. Yvette a des questions à lui poser, la redécouvre, la trouve si étonnante ! Et l’envie de partager cet étonnement avec les spectateurs... De chanteuse «rive gauche» Barbara est devenue une chanteuse rock. C'est une femme blessée et réparée qui dit l'intime.

lire la suite

Une femme généreuse « donner, donner » qu’elle disait ! La suivre sur ce chemin et tricoter (elle adorait ça le tricot) son intimité à la sienne, tel est le projet d’Yvette Théraulaz. L'amour encore, quoi d'autre ? Décliné sous toutes ses formes. Toutes les formes que Barbara lui a donné avec son talent d'auteure, de musicienne, mélodiste de rêve avec sa voix cristalline des débuts qu'elle a su adapter aux aléas du temps, des chagrins et des joies. Touchée au plus profond quand elle était adolescente, cela faisait une éternité qu’Yvette Théraulaz voulait faire ce spectacle sans toutefois oser vraiment. Et puis elle a eu 67 ans. Barbara est morte à l'âge de 67 ans.

Elle est douce et incandescente. Émouvante, drôle, fière et féministe. Elle est chanteuse, elle est actrice. L’une de nos plus formidables artistes. Sa raison de vivre ? Les planches, qu’elle pratique depuis ses quatorze ans. Après Histoires d’elles, sur sa mère, sur l’émancipation des femmes, après Comme un vertige, une exploration du temps et de ses ravages, après Les Années qui retraçaient, de ruptures amoureuses en engagements politiques, le chemin d’une vie, Yvette Théraulaz, pour son nouveau spectacle musical, chante, raconte, interroge Barbara : une femme libre qui l’a inspirée dès son adolescence. Théraulaz, Barbara... Une évidence. La rencontre de deux oiseaux rares.

Monique Serf, dite Barbara, auteure, compositrice et interprète, grande dame de la chanson française, est née en 1930 à Paris. Vedette consacrée en France et à l’étranger, véritable mythe groupant autour d’elle un public d’admirateurs inconditionnels au-delà de sa mort en 1997, elle sut allier tout au long de sa carrière des textes empreints de poésie, souvent bouleversants, à une incomparable finesse musicale.
Yvette Théraulaz mène depuis de nombreuses années une double carrière de comédienne et de chanteuse. Au théâtre, ses rôles ont marqué les scènes suisses, françaises et belges, de Walser à Claudel, de Tchekhov à Ostrovski, de Dostoïevski à Lagarce, de Duras à Henry Becque ou Ibsen. Ses tours de chant l’ont amenée à tourner en Suisse, en France, en Belgique, en Allemagne, en Pologne et au Québec. En 2013, son parcours exemplaire a été récompensé par le prestigieux Anneau Hans Reinhart.

Chansons, paroles & musique : Barbara - Textes : Yvette Théraulaz - Claviers & arrangements : Lee Maddeford - Dramaturgie : Stefania Pinnelli & Yvette Théraulaz - Mise en scène : Philippe Morand - Scénographie : David Deppierraz - Lumière : Nicolas Mayoraz - Son : Bernard Amaudruz

Tournée 2015-2016
Théâtre de la Comédie à Genève du 26.novembre au 20 décembre 2015
TPR / l'Heure Bleue Le vendredi 29 janvier 2016
Théâtre Le 2.21 à Lausanne du 2 au 7 février 2016
Théâtre des Osses - Givisiez du 6 au 16 octobre 2016
Théâtre Alambic Martigny le 20 octobre 2016

Autour de Barbara / Club 44 - La Chaux-de-Fonds 28 janvier 2016


MA BARBARA

« A 68 ans, je reste attentive aux secousses de l'amour » par Katia Berger

(publié dans Tribune de Genève le nov. 2015)

« Comme le roseau, Yvette plie mais ne rompt pas »

lire l'article

« Théraulaz-Barbara, l'émotion au carré » par Marie-Pierre Genecamp

(publié dans Le Temps le nov. 2015)

« La chanteuse romande chante Barbara avec sa luminosité et son humanité légendaires »

lire l'article

masquer le texte



LES ANNEES / Reprise

juil. 2013  LES ANNEES / Reprise

Mise en jeu Philippe Morand / Piano Lee Maddeford / Dramaturgie Stefania Pinnelli & Yvette Théraulaz

Un récital comme une histoire, avec ses chansons alternant humour et dénonciation. Un chemin de vie, traversé d’émotions et de révélations. Elle a cette fougue, cette entièreté, cette sensibilité à fleur de peau qui font qu’on l’aime éperdument.

lire la suite

Yvette Théraulaz, chanteuse et comédienne, femme avant tout et humaniste avec cette bonté qui n’appartient qu’à elle, elle évoque ses petits et grands combats, ses amours, ses ruptures… Un récital de Sabine Paturel à Barbara, de Jacques Brel à Julien Clerc, comme un hymne à la vie! L’artiste, sincère et bouleversante, fait passer le public du rire aux larmes.»
Le Temps.

Nous sommes en 1947. « C’est un garçon ? » « Euh, pas tout à fait… » « Bon, on f’ra avec, dit le papa. » Bienvenue en ce monde !
Les biberons, les langes qu’on nettoie, les premiers pas… On ne voit pas le temps passer, nous dit Ferrat. Ça et l’éducation, forcément rigide, pour le bien de cette gamine : « Une fille qui jure, c’est comme une rose qui sent l’oignon », « Il faut savoir réfréner ses désirs », « Si tu tombes enceinte c’est direct la maison de correction »… Effroyable carcan de principes hors d’âge à l’usage de jeunes filles crucifiées avant l’heure sur l’autel des grands principes : « T’as le diable au corps, chasses-le ! »
C’est l’autobiographie d’une féministe, dans son exacte chronologie, dans le délire d’une éducation castratrice, d’ahurissants préjugés, de régressions, de petits et grands combats, du refus d’une modeste tâche au manifeste des 343 salopes.

Les Années. C'est l'histoire d'une petite fille qui apprend comment se comporter pour être gentille, obéissante et délicieuse. Puis le temps passe, ou nous passons, en tout cas les années filent. Cette petite fille gentille devient une adolescente. Elle a de la chance car mai 68 arrive. Elle se donne corps et âme dans cette révolte. Elle y trouve même sa raison d'être. Elle est pleine d'espoirs et d'utopie: le monde va changer, elle en est persuadée, elle devient féministe et humaniste. Elle fait du théâtre aussi depuis quelques années. Elle apprend et comprends un peu le monde, elle se politise. Elle lit des poèmes, des livres. Elle écrit des chansons, ce sera l'occasion dans le spectacle d'évoquer cette période et de faire un hommage au théâtre qui restera avec la chanson sa raison de vivre et de tenir debout.

Evidemment il y a l'amour, la rencontre avec les hommes, les délices et les mystères
Et comme la petite fille a toujours été coquine, elle chantera des chansons d'amour un peu grivoises, car elles mettent un peu de sel dans l'amour et mai 68 a libéré la sexualité: c'était le moment.

Donc Les Années parleront et chanteront les hommes et les ruptures, puis les années continuent de défiler on arrive à 40 ans, 50 ans et on se pose les questions essentielles.
Qu'ai-je fais de ma vie? Suis-je passée à côté? Les Années ont une fin: vieillir, mourir. On va s'interroger, on va refuser de vieillir, de mourir, c'est un peu présomptueux alors on va en rire et pourquoi pas imaginer ses funérailles et pourquoi pas vivre un grand amour et pourquoi pas puisqu'on se rapetisse élargir l'espace du dedans.
Les Années, c'est le chemin d'une vie. Les Années, c'est l'occasion de se révolter contre tout ce qui nous entrave. Les Années c'est l'occasion de rendre hommage et de remercier la vie.

C’est comme avant les infos, les cours les cours de la bourse : « C’est l’instant qu’on attend / Dehors ça bouge lentement / On espère on redoute / On bouge plus on écoute / ça y est la porte est ouverte / ça se bouscule… » Bon, on vous résume la chanson (de Ricet-Barrier) : les spermatozoïdes, mus par je ne sais quel va et vient, concourent pour la course à l’ovule, leur mât de cocagne. Attention ! il n’y aura qu’un seul gagnant. Et… la lauréate est… Yvette Théraulaz !
Ça c’est au tout début. A l’autre bout, il y a collection de pleurs, vrais ou simulés, avant la mise en terre. Les vers commencent dès lors leur office, à voler la vedette, à bouffer la Théraulaz : s’ils sont douze, ce sont des alexandrins.

Entre les deux bouts, une vie. Une vie de femme, de forcément salope car féministe.
Yvette Théraulaz est chanteuse et actrice. Elle est femme surtout, témoin de décennies de luttes, en France comme en Suisse, pour le respect, pour l’égalité. Ce spectacle-là, c’est ça, c’est le récit, illustré de chansons, de ce combat toujours remis sur le métier, jamais tout-à-fait gagné. Théraulaz n’a certes pas un grand velouté de voix mais on s’en fout. Prodigieuse personnage de scène, elle campe à elle seule la lutte de femmes, avec un talent surnuméraire, une verve rare. Ça fuse sans temps mort, sans répit. Théraulaz fait chansons de tous bois : de Sabine Paturel (Les bêtises) à Barbara, de Jacques Brel à julien Clerc ! « Je veux être utile / A vivre et à chanter. » Est-ce récital ? Non. Est-ce pièce de théâtre ? Pas plus… C’est une femme qui, au soir de sa vie (« De chrysanthèmes en chrysanthèmes, j’arrive » nous chante-t-elle), fait bilan, fait retour sur le passé, consigne l’Histoire, travaille nos mémoires. Tout ce qui oppresse la femme est ici, parfois dans l’humour – un rire jaune – souvent dans la dénonciation par l’exemple, le crachat.

On ne sort pas indemne d’un tel spectacle. Ici, à Barjac, on ne savait plus Théraulaz, qui elle était, ce qu’elle faisait, on ne savait pas ce spectacle-là. On s’attend au récital d’une vieille vedette de retour, bien configuré chanson aux intéressantes rimes, et on a ça : ce brûlot, ce bûcher aux flammes vives, incandescent, lumineux, prodigieux. Théraulaz est la gigantesque artiste d’un art majeur, qui, deux heures durant, refait l’Histoire, la commente, l’illustre, la chante, qui rend hommage, qui rend fierté à le Femme.
Une chanson, en fin de spectacle, en fait presque résumé par l’évocation d’une femme, une autre : Vanina, de Véronique Pestel. Ce n’est pas forcément le grand moment de ce spectacle, qui en a tant, simplement une chanson de dignité, de combat : la vie d’une femme debout envers et contre tout. On a l’impression que toute cette mise en scène n’a été créée que pour en arriver cette chanson-là, à célébrer l’exemplaire et quotidienne vie d’une femme. Vanina ou Théraulaz, et toutes les autres, sont le terreau d’un combat toujours en cours, toujours recommencé.
Cette soirée fut une soirée majeure, un grand moment. La Théraulaz est formidable artiste. Merci de nous l’avoir fait savoir.

Chant Yvette Théraulaz - Piano – arrangements Lee Maddeford - Mise en jeu Philippe Morand - Collaborations artistiques Stéfania Pinnelli - David Deppierraz - Costumes Olivier Falconier - Lumière – son Eric Zollikofer - Administration Claudine Corbaz

Tournée 2013 - 2015
Festival Poésie en arrosoir 5 juillet 2013 20h30 à Cernier (NE)
Le 29 juillet 2013 Festival Chansons de paroles Barjac France
Le 28 septembre 2013 La Tournelle Orbe
Du 1er au 11 octobre 2013 Théâtre de Vidy Lausanne – remise de l’anneau Reinhardt
Le 17 octobre 2013 Equilibre-Nuithonie Villars-sur-Glâne
Le 12 avril 2014 Théâtre de l’Arbanel Treyvaud
Le 26 avril 2014 Théâtre du Dé Evionnaz
Le 3 mai 2014 La Gare aux sorcières Moléson
Du 7 au 25 mai 2014 Théâtre du Crève-Cœur Cologny
Les 6 et 7 juin 2014 Théâtre Stok Zurich
Le 26 juillet 2014 Festival de Moncuq France
Le 7 et 8 novembre 2014 au CPO Lausanne
Le 15 mars 2015 Le temps des Cerises à Delémont
Le 9 avril 2015 Moultipass La Chaux-du-Milieu
Du 16 au 19 avril 2015 Théâtre Alambic à Martigny
Le 23 avril 2015 Théâtre du Grand-Champ Gland Café concert
Le 30 avril 2015 HameauZ’art Payerne

Tournée 2016
Du 19 au 21 février 2016 Théâtre du Passage - Neuchâtel
Le 2 et 3 juin 2016 L'Esprit Frappeur à Lutry
Du 10 juin au 15 juin 2016 Théâtre de Carouge - Genève



Au sujet de son spectacle LES ANNEES

LES ANNEES Extraits

LES SEPARES de Julien Clerc

A PROPOS DE... du spectacle Les Années

« LES ANNEES » par

(publié dans le juil. 2013)

« Chansons de Paroles, Festival de Barjac »

lire l'article

masquer le texte





copyright Yvette Théraulaz - conception et réalisation Fabrique d'images