Yvette Théraulaz

juste la fin du monde de jean-luc lagarce

oct. 1999  juste la fin du monde de jean-luc lagarce

Mise en scène de Joël Jouanneau

Yvette Théraulaz joue la Mère au Théâtre de Vidy-Lausanne.
Avec : Marc Duret, Dominique Gubser, Antoine Mathieu, Pénélope Pierson, Jane Savigny, Nalini Selvadoray, Yvette Théraulaz, Christine Vouilloz
Photo de répétitions Les Solitaires Intempestifs

lire la suite


SAVANNAH BAY De Marguerite Duras

mai 1998  SAVANNAH BAY De Marguerite Duras

Mise en scène Laurence Calame

Avec «Savannah Bay», le Théâtre Le Poche de Genève livre la reconstitution d'une vie à travers le morcellement du souvenir. Instants volés à la mort.
«Tu ne sais plus qui tu es, qui tu as été, tu sais que tu as joué, tu ne sais plus ce que tu as joué...» Enonciations, renonciations, tel est le schéma verbal auquel se conforment Madeleine, une vieille comédienne aux portes de la mort, et la jeune femme, sa probable petite-fille

lire la suite

Un schéma qui, autour d'une pierre blanche, doit les amener à retrouver la trace de celle du milieu, l'amante magnifique. Savannah Bay, à l'affiche du Poche, regroupe les deux ingrédients fétiches de Duras: le doute et le désir. Le geste et la parole «Le jeu enlève au texte,il enlève de la présence au texte, de la profondeur, des muscles, du sang.»
Connue pour son goût de l'interprétation immobile où le comédien n'aurait «qu'à porter le texte hors du livre par la voix seule, sans les gesticulations», Marguerite Duras est une auteure théâtrale à haut risque. Choisir une autre option de mise en scène sans trahir la complexité de cette langue où cohabitent mille possibles relève du défi. Surtout lorsque, comme c'est le cas de Savannah Bay, la pièce a été écrite pour une comédienne en particulier, Madeleine Renaud, qui l'a donnée de façon magistrale.

Du haut de sa deuxième mise en scène, Laurence Calame assume très bien sa différence de point de vue. «Je pense que l'intelligence du jeu de l'acteur, par le geste qui est le contraire dela gesticulation, peut rendre compte du sens et de la richesse de la parole», explique-t-elle. Et en effet, du mouvement, il y en a dans cette version tripartite de Savannah Bay.
Jouant des didascalies (injonctions de jeu) quasi totalitaires de l'auteure, la metteure en scène déploie l'action en trois tableaux aux couleurs tranchées: l'hospice verdâtre auquel le public est tout d'abord initié par le récit authentique d'une infirmière romande en milieu sénile; la loge-boudoir vieux rose dont le miroir en miettes évoque le tumulte des souvenirs en lambeaux et, enfin, le bar colonial couleur sable où la nostalgie l'emporte sur le besoin de savoir, où déjà on parle à l’imparfait, des adieux dans la voix.
Mouvement également dans le jeu des comédiennes. Ariane Moret, surtout, qui compose une «Jeune femme» affairée et précise. Jusqu'au troisième tableau, cette petite-fille en quête de passé a des accents de commissaire. Manipulant enregistreur, gâteaux, fripes, aiguilles et barrettes, elle s'empresse autour de la comédienne décatie, échouée, interprétée tout en nuances par Yvette Théraulaz. Deux voix très contrastées qui finissent par n'en faire plus qu'une, réconciliée dans un même désir.


SAVANNAH BAY


masquer le texte



Peepshow dans les Alpes de Markus Köbeli

janv. 1998  Peepshow dans les Alpes de Markus Köbeli

Mise en scène Robert Bouvier

Yvette Théraulaz crée la Mère au Poche à Genève et du 25 février au 22 mars sous le chapiteau du Théâtre de Vidy à Lausanne puis tournée en France.
Photo Marcel Imsand

lire la suite


j'étais dans ma maison et j'attendais que la pluie vienne de jean-luc lagarce

févr. 1997  j'étais dans ma maison et j'attendais que la pluie vienne de jean-luc lagarce

Yvette Théraulaz joue la Mère. Mise en scène de Joël Jouanneau, à la Passerelle du Théâtre de Vidy-Lausanne
puis du 8 avril au 7 mai au Poche à Genève

lire la suite


J'étais dans ma maison et j'attendais que la pluie vienne


masquer le texte



PIERROT LUNAIRE D'Arnold Schönberg

janv. 1997  PIERROT LUNAIRE D'Arnold Schönberg

Poèmes José-Flore Tappy / Mise en musique par Jacques Demierre / Mise en scène François Rochaix

Réunis sous une même énorme lune, impassible, narquoise ou menaçante, «Pierrot lunaire» et «Pierre eau lune air» (de Jacques Demierre, sur des poèmes de José-Flore Tappy) distillent les parfums d'une soirée étrange. Accompagnée d'un ensemble instrumental soudé, dont le trio Al Piacere, Yvette Théraulaz a osé un Schönberg en français et à sa façon - habitée, contrastée et cocasse - dans un parlé chanté qu'elle a bien su s'approprier.

lire la suite

Mais le fait que l'on comprenne chaque mot de ces brefs poèmes délirants souligne l'aspect anecdotique et redondant de la mise en scène de François Rochaix qui, à force d'accessoires et de gestes explicatifs, fait basculer ce Pierrot symboliste vers un réalisme qui lui rogne l'habit.
Puis, avec «Pierre eau lune air», le rêveur cède sa place à une femme en rouge, bien réelle, qui dit la destinée humaine - humble, blessée et digne - avec, sur ses épaules, «la lourde tresse du soleil». Autre univers. La musique se fige à l'horizontale, tend un carcan rythmique complexe (inspiré du langage morse) sur lequel se découpent les mots, principalement parlés. Pour cette «réponse à Schönberg» qu'il ne voulait résolument pas allusive, Jacques Demierre a renoncé aux gestes expressifs, mobiles et théâtraux qui caractérisent d'habitude sa musique. Il a visé l'ascèse, impose une dureté de l'ordre du minéral qui tourne le dos à Schönberg et laisse Pierrot interloqué, entre émotion des mots et perplexité.



masquer le texte



page  ◄◄   2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12  ►►



copyright Yvette Théraulaz - conception et réalisation Fabrique d'images